Rêver l’obscur – Désirs

|   Salle : LCause, 4 rue Ernest Renan, 29200 Brest

 

 

« Sorcières, les femmes vivent » : Une revue.
Une revue portée par des femmes dans les années 70. Des femmes, des autrices, des poétesses, des dessinatrices, des anonymes… qui prennent, alors, la parole. Des femmes puissantes qui se ré-approprient les savoirs et les partagent.
Aujourd’hui, Monica Campo invite les femmes à sortir du placard pour qu’elles enfourchent leurs balais.
Car, nous, les femmes, nous ne savons plus dire, ni entendre, ni imaginer ces formules magiques qui embaument l’âme.
Mais, aujourd’hui, nous décidons de vivre la solidarité, le partage, lors de ces soirées poético-festives pour oser, pour transformer notre réalité, pour « être habile à imaginer notre devenir »
Ainsi, à chaque pleine lune, MonaLuna organise l’esbat : une fête, une célébration de la vie. Une lecture poétique, une danse sauvage, une colère personnelle et politique pour « Rêver l’obscur »
Parce que ce que nous désirons c’est être ensemble pour rire, pour penser, pour se relier au monde, pour s’ancrer à cette terre que nous habitons et pour murmurer nos révoltes, nos malheurs et nos joies.
Pour cette année 2017, MonaLuna propose, à chaque pleine lune, une soirée de lecture, de musique, de théâtre, de danse, d’impromptus… de rencontres… à partir de la revue « Sorcières, les femmes vivent ».
Dans cette revue, à chaque numéro les femmes, toutes les femmes, étaient invitées à construire une réflexion autour d’un sujet particulier : la nourriture, le sang, la voix, les odeurs, fidélités, sorcelleries, vêtement, mais aussi les espaces et lieux, la saleté, désirs, prisonnières, poupées… Il y en a 24 au total.
Et pourquoi Monica Campo veut lire « Sorcières, les femmes vivent » ?
Parce que 8 millions de femmes, 8 millions de « sorcières », ont été brûlées en 2 siècles et que notre société patriarcale est fondée sur leurs cendres.
Parce que danser lors des esbats, c’est festoyer les corps en vie. C’est nous mettre en mouvement.
En mouvement pour réconcilier nos corps à nos esprits.
En mouvement pour que nos voix résonnent et que nos paroles fassent écho.

Conception et mise en scène : Monica Campo
Lectrices : Femmes de LCause
Représentation(s) : 09 juillet 2017

 

 

top